Non classé

Jour de sortie

Aujourd’hui, c’est jour de sortie ! Alors on met un caillou dans sa poche, on croise les doigts, les jambes, le coeur, on cueille des trèfles à quatre feuilles, on ouvre treize fois la bouche avant de dire une ânerie, on poursuit la mariée pour lui lancer du riz… Aujourd’hui, c’est jour de sortie ! La sorcière vous attend en librairies ! 😉

Partager

SDBE en vue !

Je suis ravie et pas peu fière de vous présenter ma première sorcière ! Comme la plupart de ses collègues, la SDBE* aime l’obscurité, la clandestinité, et tolère très mal l’injustice. Selon Maud et Melinda, qui s’occupent d’elle chaque jour, elle a de grands pouvoirs et un caractère de cochon. En plus, comme elle s’est réfugiée au fond de la bouche d’égout de la cour de récré, elle sent un peu le poisson…

Un grand merci à Olivier Pillé pour son édition aux petits oignons, ainsi qu’à Juliette Barbanègre pour ses dessins qui ensorcellent !

Pour en savoir plus et découvrir un extrait, c’est par là :

https://www.lerouergue.com/catalogue/la-sorciere-de-la-bouche-degout

Et pour le précommander – sortie prévue le 3 mars – foncez chez votre libraire préféré ! 🙂

* SDBE : acronyme bien connu de la Sorcière de la Bouche d’Egout

Partager

Les fulgurances d’Anne Dufourmantelle

Je conseille à tous les rêveurs de mon espèce la lecture de ce précieux petit livre d’Anne Dufourmantelle, qui par endroits résiste, garde une certaine opacité, demande des retours en arrière, et à d’autres moments nous éclaire de ses fulgurances. Elle y parle des rêves, des fantasmes, des anges gardiens ou de l’inspiration, tous ces intercesseurs de l’imaginaire qui ouvrent des brèches dans nos vies enfermées et nous amènent à grandir en prêtant l’oreille, si nous le voulons bien, aux mondes qui bruissent en nous. Extrait.

« On ne se remet pas de l’enfance, on se déplace au bord, on y revient en pensées, en rêves, en souvenirs – toute notre sensibilité en découle, et la manière dont le monde a trouvé sens en nous. Il y a des joies sauvages, des fulgurances, des abandons qui nous relient constamment, sans le savoir, à l’enfance. Cette enfance qui garde du rêve la fulgurance et s’efface, comme lui, avant d’être rappelée par une remémoration toujours fragmentaire. La plénitude du temps vécu là, une fois pour toutes, ne nous quitte jamais. Du moins les créateurs le savent-ils, qui gardent l’à-vif de cet âge où tout commence sans jamais finir – l’intensité du moindre après-midi de jeu ou même d’ennui. La sensation que chaque chose compte, le détour d’une ombre dans la chaleur d’août, la rumeur de la ville derrière les stores à l’heure où la nuit vient. »

Anne Dufourmantelle, « Intelligence du rêve », éditions Payot & Rivages, page 148.

Partager

Meilleure année à nous !

Je vous souhaite une année 2021 aussi douce et sereine que la sieste d’un chat au soleil.

De mon côté, trois nouvelles parutions devraient rythmer l’année. Quelques indices ? Mon premier est une sorcière cachée au fond d’une bouche d’égout. Mon deuxième, une grande boussole capable de répondre aux questions les plus folles. Et mon troisième, une abeille youtubeuse qui ne jure que par les Beatles. Des bises et que les vents soient avec vous !

Partager

Des nouvelles de « l’Amour »

Pour commencer, je vous dois quelques nouvelles de « l’Amour en 12 étapes ». Aujourd’hui confiné, avec des milliers d’autres livres, dans les rayons des librairies interdites au public, il assez peur du noir et je peux vous assurer qu’il attend avec impatience le retour des lecteurs (mais oui, je peux parler en son nom, je le connais comme si je l’avais fait). En attendant, il a été présenté en vidéo par la douce voix de Marie-Cécile. Il a aussi eu l’honneur d’une jolie chronique dans « Biba » ce mois-ci.

Partager