Tom et le renard (et Léa)

J’ai eu la joie de recevoir une histoire écrite et illustrée par les élèves de CP-CE1-CE2 de l’école des Brosses à Rillieux-la-Pape. A partir de 14 phrases sélectionnées par leur maîtresse dans « le Secret du renard », ils ont inventé leur propre récit. Et je n’ai qu’un mot… BRAVO !!! Voici donc…

Tom et le renard

Je contemplais mon royaume. Moi, Tom, j’étais le roi de ce château. Et tout le monde l’avait abandonné à cause de Louise, une dragonne, et de ses petits qui terrifiaient le royaume.

Un jour, j’ai aperçu un renard qui entrait sur mes terres. C’était un petit renard roux, encore jeune. J’allais enfin avoir un compagnon. Le renard s’approchait de plus en plus de moi, quand la dragonne est arrivée, affamée, à grands coups d’ailes. Le renard s’est enfui à toute vitesse. Elle avait tout gâché.

Les jours suivants, je me sentais de plus en plus triste, jusqu’au jour où j’ai vu les petits dragons capturer mon renard. Ils me l’avaient volé. J’ai pris mon courage à deux mains et je suis allé chez les dragons pour sauver le renard.

Arrivé devant chez les dragons, j’ai espionné Louise et ses petits. Louise avait préparé à manger pour le renard. Elle voulait le faire grossir pour le manger plus tard. A onze heures du soir je me suis faufilé dans le jardin. J’avais un plan : chaque soir, j’allais attendre que Louise et ses petits s’endorment pour casser, au fur et à mesure, la chaîne qui retenait le renard. C’était drôle de voir comme ses yeux brillaient. Le renard était content que je l’aide. Une nuit pourtant, j’ai failli me laisser prendre. J’ai retenu mon souffle, puis elle a rebroussé chemin. J’avais eu chaud. J’avais marché sur un morceau de bois mort. Louise était sortie et je m’étais caché derrière un buisson. Puis j’étais reparti dans mon château.

Louise ne pouvait pas être si naïve... Elle aurait dû voir que la chaîne était à moitié cassée depuis longtemps. Il fallait agir vite. Cette nuit-là, j’ai décidé de délivrer le renard avec mon épée. J’avais trop peur de croiser Louise. J’ai enfin cassé la chaîne avec mon épée et j’ai délivré le renard.

Mais Louise avait deviné que je manigançais quelque chose. Elle avait entendu le bruit de l’épée. Elle est sortie et ne nous a pas trouvés dans le jardin, nous étions en train de courir vers mon château. Elle est partie à notre poursuite.

Quand la dragonne a essayé de mordre le renard, elle a percuté un arbre puis le sol. En tombant, elle s’est cassé une aile. Elle n’arrivait plus à voler. Je lui ai coupé les ailes avec mon épée.

Louise a eu mal. Et elle est repartie chez elle sans demander son reste. Je pensais que le renard allait retourner dans sa tanière. Mais il m’a suivi. Il m’a léché et je l’ai caressé. Mon coeur a fait un bond. Si quelqu’un avait pu voir ma tête, à ce moment précis, il se serait vraiment demandé ce qui m’arrivait !

Sur le chemin du retour, les villageois et les gardes qui étaient cachés dans la forêt sont sortis de leurs cachettes. Ils sont venus vers moi et ils m’ont remercié d’avoir fait partir la dragonne.

Au petit matin, je me suis reposé sous un cerisier, devant le château. Le renard est resté à côté de moi.

J’ai reconnu Léa, la princesse du château voisin. Quand elle est venue me rejoindre sous le cerisier, je n’ai pas osé la regarder. J’ai tressailli.

Ne ratez pas une publication !

Abonnez-vous pour recevoir régulièrement des alertes de mes dernières publications.
Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Parlez-moi

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pas encore de commentaire.

Précédent
Dessine-moi un renard
Tom et le renard (et Léa)